À propos du billet du P. Emmanuel Pic publié sur le blog ouvert par La Croix, ici.

Très profonde remarque du P. Emmanuel Pic : le « traditionnalisme » n’est pas une attitude traditionnelle. Dès lors qu’on a des « raisons » d’adhérer à la tradition, on est dans une attitude foncièrement moderne. C. Castoriadis le dit à sa manière : « la tradition [au sens propre] signifie que la question de la légitimité de la tradition ne sera pas posée ». Or le traditionnalisme la pose, cette question. Il n’est donc pas la tradition.

En revanche, la lucidité intellectuelle doit nous mener à reconnaître que le traditionnalisme est, à sa manière, une des expressions d’un « malaise dans la modernité » bien plus répandu qu’on ne le croit souvent. On trouve des expressions de ce malaise chez Nietzsche (quand il demande si la volonté illimitée de vérité n’est pas contraire aux conditions normales du bien-être humain) ou chez Heidegger (la critique de la technique), chez Weber et les tenants du « désenchantement du monde ». Le gain évident représenté par les progrès de la science et l’idéologie des droits de l’homme ne se paye-t-il pas par le sentiment de vivre dans un monde morcelé, imposant aux individus un fardeau trop lourd pour eux, où s’est perdu le sens de la communauté, d’un destin collectif, d’un monde immédiatement « sensé »?

Pas un penseur sérieux du XXe siècle qui ne se soit affronté à ces questions, qui obsédaient Malraux, par exemple. Pour qu’un vrai dialogue soit possible avec les formes diverses du conservatisme, voire de la pensée « réactionnaire », il faut accepter de prendre au sérieux l’idée d’un possible déficit de « richesse morale » dans l’existence moderne. Le traditionnalisme se trompe lorsqu’il propose comme solution le retour (impossible) à un passé fantasmatique. Mais la question qu’il pose à notre propre conscience de moderne est une question sérieuse et grave, dont il serait désastreux de leur laisser le monopole, et qu’il serait malvenu de censurer ou de « refouler » dans un geste dérisoire d’auto-protection.